Archives pour l'étiquette hortus

… des jardins médiévaux

Les jardins médiévaux n’ avaient pas tous les mêmes fonctions, quatre types principaux se distinguent

Les jardins de fermes et villages cultivés par les paysans pour leurs besoins ou ceux de leur seigneur, les espaces verts à l’entour des demeures seigneuriales conçus pour le loisir des nobles et de leurs familiers,  les jardins  des cloitres,  monastères, abbayes,  églises et autres commanderies chargés de fournir, aux moines, promenades et plantes utiles et enfin les jardins à l’intérieur des villes qui se développent et se multiplient avec l’essor urbain (à son apogée au XIIIe siècle), ces jardins urbains sont attestés entre autres par la mention fréquente de courtil et maison.

Roman de la Rose - Maitre Bernger de HorheimBergner von Horheim, Codex Manesse (début XIVe siècle)

Rustican - Pierre de Crescent2Profits champetres - Pier de Crescenzi, Maître de Marguerite d'York 1470 New York

A gauche, Pierre de Crescens, Rustican ou Livre des profits champêtres, Couple dans un jardin d’agrément – 1373, BNF Arsenal.
A droite, Pierre de Crescens, Rustican ou Livre des profits champêtres, Jardin en ville – enluminé par le Maître de Marguerite d’York, 1480, New York.

Diversité d’usage, mais aussi diversité temporelle : ces âges que nous appelons moyenâgeux s’étalent sur une dizaine de siècles et connaissent bien des changements. Le Haut moyen-âge portait encore nettement la marque gallo-romaine ; les espaces jardinés des grandes villas, parcs des demeures patriciennes, petits enclos paysans de la fin de l’Empire romain se sont inscrits durablement dans les paysages ruraux et urbains, malgré les désordres et  ravages des grandes invasions. Ces temps plus ou moins obscurs sont bien éloignés de ceux de la fin du Moyen-âge, ceux de la Renaissance, dont cinq siècles (seulement ?) nous séparent, et qui se sont ouverts sur d’autres horizons, les jardins se sont épanouis, comme l’espace terrestre découvert s’est alors agrandi du Nouveau monde et la flore connue en Europe s’est enrichie d’espèces et variétés de plantes venues des territoires lointains d’Outre-Atlantique et d’Asie.

Pour nous permettre de ‘visiter’ ces jardins, les archéologues relèvent les traces matérielles laissées par les jardiniers du passé, tandis que les historiens ont à leur disposition des textes et des images, et que les botanistes retrouvent et conservent les espèces végétales anciennes. Grâce à ces travaux de plus en plus nombreux, des jardiniers et paysagistes peuvent se consacrer à recréer quelques uns de ces jardins historiques, prestigieux ou modestes, fidèlement ou librement. Le parc du château de la Roche Jagu en est un exemple ; après sa destruction due à la tempête de 1987, le domaine de plus de 70 hectares put être totalement redessiné, à partir de 1992, par l’architecte-paysagiste Bertrand Paulet. Celui-ci tenait à intégrer les jardins dans le paysage naturel et bocager alentour et restaurer certaines pièces du jardin (comme les bassins à rouir le lin) retrouvées par ouï-dire des gens du lieu dépositaires de souvenirs utiles, grâce aussi aux documents conservés et à la mise à jour du terrain après la tempête. http://www.larochejagu.fr/

La Roche Jagu

La Roche-Jagu (22), été 2004

Un jardin médiéval, parmi d’autres, à visiter :  celui du Musée de St Antoine l’Abbaye-Isère, http://www.musee-saint-antoine.fr/826-jardins.htm.

Malgré leurs différences, tous les jardins médiévaux partageaient des traits communs.
  • Ils étaient toujours clos , Hortus conclusus, le terme provient de la Bible, précisément du Cantique des cantiques (4, 12) :
    Hortus conclusus soror mea, sponsa ;
    Hortus conclusus, fons signatus.
    Tu es un jardin fermé, ma sœur, ma fiancée,

    Un jardin fermé, une fontaine scellée.
    Le poème poursuit la comparaison :
    Tes jets forment un jardin, où sont des grenadiers,
    Avec les fruits les plus excellents,
    Les troènes avec le nard;
    Le nard et le safran, le roseau aromatique et le cinnamome,
    Avec tous les arbres qui donnent l’encens;
    La myrrhe et l’aloès,
    Avec tous les principaux aromates;
    Une fontaine des jardins,
    Une source d’eaux vives,
    Des ruisseaux du Liban.

La clôture pouvait être muraille  de pierre, mur de briques, palissade de bois, plessis et treillis de bois mort et de bois vif, haies végétales denses.

X Tacuinum sanitatis - tressage - RouenTacuinum sanitatis - Spinachie - Vienne

Le clos et la porte du jardin :
Tacuinum sanitanis,
BNF Paris 9333 (TSP2) – Récolte de chou
Tacuinum sanitanis, manuscrit viennois (TSV) – Cueillette d’épinards

  • Leur architecture était généralement construite sur un plan régulier, centré, souvent en croix. Plusieurs espaces étaient individualisés, présents dans chaque jardin : le potager ou hortus pour nourrir les uns et les autres « ; le jardin des simples ou herbarius pour se soigner (dans les monastères, il se trouvait à proximité de l’apothicairerie) ; le verger ou viridarium, protégé de charmilles et petits buis, était planté d’arbres fruitiers, mais pas exclusivement, d’arbustes et de fleurs bouquetières (dans certaines abbayes, le verger sert aussi de cimetière). Dans les jardins de maisons religieuses s’ajoutait  à ces 3 jardins, un autre type d’espace, le jardin de cloître, l’hortus conclusus. Situé au centre des bâtiments conventuels, dessiné sur un plan carré divisé en quatre parties par des allées, avec généralement un point d’eau centré, et ceint d’un promenoir couvert, c’était pour les clercs le reflet du Paradis. Dans les jardins des demeures seigneuriales, c’étaient les préaux et prés fleuris, qui se devaient de rappeler l’Eden, l’hortus deliciarum, le jardin des délices. Animés de petites chambres, délimitées par les berceaux et claies où s’étalaient la vigne en treille et les rosiers parfumés 1, auxquels se joignaient les effluves des lavandes et oeillets, ces espaces s’égayaient  de fontaines indispensables, et assez souvent de volières, de paons et d’autres animaux parfois rares et exotiques. Ces lieux aristocratiques n’avaient d’autre fonction, au Bas moyen-âge,  que de permettre de s’ébattre et se réjouir, en toute courtoisie. Typiques des jardins d’agrément, les bancs et banquettes engazonnées, avec ou sans soubassement de briques, permettaient aux couples de deviser.

Rustican, Banquette verte et jardin d'agrément - Pierre de Crescent, 1470, BNFGuillaume de Lorris et Jean de Meun - Le roman de la Rose

A gauche : Pierre de Crescens, Rustican ou Livre des profits champêtres, Couple sur une banquette – 1373, BNF Arsenal.
A droite : Guillaume de Lorris et Jean de Meung, Le roman de la Rose – manuscrit d’Engelbert de Nassau, fin XVe siècle,  British Library  Harley MS 4425, f.12v. détail.

  • Les parcelles cultivées étaient le plus souvent découpées en damiers ou présentaient des planches carrés ou circulaires de quelques m2, ces surfaces étaient ceintes de plessis et surélevées, avant d’être plantées ; ce système présente l’avantage de mieux réchauffer la terre, de drainer le sol sans l’assécher et de limiter l’intrusion d’animaux indésirables. Les jardins utilisaient largement les plessis : technique pratiquée sur des haies vives en fendant les troncs des arbustes – noisetiers, chataigniers – près du sol, puis en les inclinant et les tressant ; autres alternatives de plessage : tressage de bois vert souple comme les jeunes pousses de saule ou encore tressage de bois mort. Ces plessis étaient utilisés pour clore, isoler, dessiner les platebandes, former des supports, arches et tonnelles.

Plessis saule vert croisé

La-Roche-Jagu-fevrier-2011-006

La Roche-Jagu (22), printemps 2011

Tacuinum sanitatis - Salvia - CatanatenseTacuinum sanitatis - Agrestum, Verjus - BNF Latin 9333 -

Tacuinum sanitanis, B. Casanatense à Rome (TSC) – Carré de sauge Tacuinum sanitanis, BNF Paris 9333 (TSP2) – Verjus pressé à l’ombre d’une vigne palissée

  • Enfin, les mêmes plantes étaient cultivées dans tous ces jardins, en tenant compte bien sûr des impératifs climatiques qui en interdisaient certaines, comme aujourd’hui.

Les plantes des jardins médiévaux

  • Une partie importante des végétaux utilisés au Moyen-âge est regroupée sous le terme générique d’herbes. Les herbes ce sont aussi bien les plantes médicinales et les plantes condimentaires, que les plantes alimentaires consommées crues ou cuites. Les herbes destinées à être cuites sont les plantes potagères, stricto sensu, c’est à dire celles qui cuisent au pot : olera (olus au singulier) utilisé jusqu’au Xe siècle, puis potherbes ; ensuite les ierbes, herbages, ortillage, courtillage, verdures et racines désignent toutes les plantes consommables, cuites ou non. Le terme lesgum ( légume à partir de 1575, nom alors exclusivement féminin) vient du latin legumen (de legere = cueillir), il était réservé aux actuelles légumineuses (plantes à gousse). Les plantes médicinales ont été d’abord nommées en latin, simplicis medicinae ou simplicis herbae, puis l’expression a été francisée en simples médecines (remède simple) ou simples, récoltées telles quelles dans la nature (Hildegarde de Bingen se méfiaient des plantes sauvages), ou mieux dans le jardin ou achetées chez les herbiers (herboristes) et épiciers. Les simples étaient à la base de la pharmacopée médiévale qui opposait celles-ci aux compositae (mélanges composés) fournies   par les apothicaires et autres triacleurs (vendant des thériaques ou panacées, c’est à dire des remèdes sensés être  efficaces contre un très grand nombre de maladies à la fois). Le terme drogue (dérivé de l’ancien anglais driggen signifiant sécher) apparait au XIVe siècle pour désigner tout remède, fait référence aux plantes séchées.
  • Certaines plantes nommées dans les textes d’époque sont utilisées dans l’alimentation pour leurs grains : Avena sativa = avoine (abandonnée au bétail au XIIe siècle), Fagopyrum esculentum = sarrasin, Hordeum vulgare = orge (la première céréale cultivée au Néolithique, matière première de bouillie, sucre d’orge, sirop d’orgeat,  cervoises et bières), Panicum miliaceum = millet, Secale cereale = seigle (introduit au Ve siècle) et les blés (Triticum aestivum = froment, Triticum monococcum = engrain, Triticum spelta = épeautre, Triticum turgidum = amidonnier) ; le riz (Oryza sativa) est connu, généralement importé d’Asie, mais l’Italie puis le sud de la France en cultive à la fin de la période médiévale.
  • D’autres plantes sont cultivées pour leurs gousses et autres fruits : Fasioli = doliques ou mougettes (proche du haricot), Lentes = lentilles, Faba = fève, Pisos = pois et Cicera = pois chiche ; Cucumeres = concombres, Cucurbite = gourde (courge), Melones dulces = melons et pastèques, Melongiana = aubergine . Par contre on ne connait pas encore les plantes natives du continent américain comme le maïs, les pomme de terre et tomate, le haricot vert, les citrouille et potiron introduits progressivement aux XVIe et XVIIe siècles.

Tacuinum sanitatis - Cicera, Pois chiche - VienneTacuinum sanitatis - Faba, Fève - BNF Latin 9333 - 47Tacuinum sanitatis - Favioli - BNF Latin 9333 - fol. 48vTacuinum sanitatis - Cucurbite - VienneTacuinum sanitatis - Melones - ParisTacuinum sanitatis - Melongiana, Aubergine - Vienna 2644 folio 31v

Tacuinum sanitanis BNF Paris 9333 (TSP2), sauf la 6e illustration extraite de l’exemplaire conservé à Vienne (TSV) – Cicera, Faba, Fasioli, Cucurbite, Melones dulces, et Melongiana

  • Les plantes appelées verdures sont cultivées pour leurs feuilles et pousses consommées crues ou cuites : arroche, Blete = blette (amaranthe) et chénopode (toutes trois proches de l’épinard), Sparagus = asperge, aurone (feuille au parfum citronné, qui aromatise la bière), cardon (entre chardon et artichaut),  chicorée, Caules onata = chou, Lactuce = laitue, maceron (proche du céleri-branche), mauve, nasitord (cresson alénois), roquette.

Tacuinum sanitatis - Asparagus, Asperge - Paris Tacuinum sanitatis - Blette - RouenTacuinum sanitatis - Caules onati - RouenTacuinum sanitatis - Lactuce - Rouen

Tacuinum sanitanis BNF Paris 1673 (TSP1)Sparagus ; Tacuinum sanitanis manuscrit de Rouen (TSR)Blete , Caulis onata et Lactuce

  • Les racines (mot désignant d’abord les causes, utilisé à partir de 1155 dans le sens de bulbes et racines alimentaires) citées par les textes médiévaux sont nombreuses : ail, ciboule et ciboulette, échalote, oignon et Porri = poireau ; ache (céleri), bardane (feuille en salade et racine comme le salsifis), bette (ancêtre des betteraves), chervis (racine au goût proche de la patate douce), chou-rave (navet), Pastinace = carotte, chervis (proche des panais) et panais, radis noir.

Tacuinum sanitatis - Pastinace, Carotte - Casanatense Tacuinum sanitatis - Pori - Vienne

Tacuinum sanitanis, B. Casanatense à Rome (TSC) Pastinace ; Tacuinum sanitanis, manuscrit viennois (TSV) – Porri

  • Les condimentaires et aromatiques sont précieuses car largement consommées et utilisées également pour soigner : ammi (cumin d’Ethiopie), Aneti = aneth, anis, balsamite (proche des menthes), carvi, cataire, cerfeuil, coriandre, cumin, estragon, fenouil, fenugrec, guimauve, livèche, Maiorana = marjolaine, menthes douce, pouliot  et sauvage, moutarde, nigelle (cumin noir), origan, persil, romarin, rose, sarriette, sauge, sclarée (sauge).

Tacuinum sanitatis - Aneti, Aneth - VienneTacuinum sanitatis - Maiorana - Vienne

Tacuinum sanitatis de Vienne (TSV) Aneti, Maiorana

  • Et encore quelques autres plantes, à usage hygiénique (la saponaire donne un savon), textile (chanvre, lin et ortie), tinctorial (Carthamus tinctorius ou carthame pour les jaune vif à rouge, Crocus sativa ou safran pour un jaune d’or précieux, Isatis tinctoria ou guède ou pastel pour ses tons bleus, Reseda luteola ou gaude pour des jaunes solides, Rubia tinctoria ou garance pour le rouge), médicinal, bouquetier et ornemental : acanthe, achillée, ancolie, arnica, asaret, aspérule, bleuet, camomille, chélidoine, consoude, digitale, épurge, iris, joubarbe, lis, Mandragora = mandragore, pavot, potentille, pulmonaire, Ruta = rue, sabine, santoline, saxifrage, scille, souci, tanaisie, valériane et bien d’autres encore qui sont souvent devenues aujourd’hui nos ‘mauvaises herbes’.

  Tacuinum sanitatis - Fructus Mandragora - Vienne            Tacuinum sanitatis - Ruta, rue - Paris

Tacuinum sanitatis de Vienne (TSV) Mandragora ; Tacuinum sanitatis de la BNF-Paris, 1673 (TSP1)Ruta

  • Sous les Carolingiens, les fruitiers indispensables sont : amandier, châtaignier, noyer, noisetier, pin pour les fruits secs ; cerisier,  figuier, pêcher, pommier, poirier, prunier, mais aussi cognassier, mûrier, néflier et sorbier et le laurier pour ses feuilles, sans oublier la vigne et les petits fruits rouges. Voici quelques arbres fruitiers dont les illustrations sont extraites du manuscrit Tacuinum sanitanis conservé à la  BNF – Paris sous la cote 9333 (TSP2) :

Tacuinum sanitatis - Amiggdale dulces, Amande douce - BNF Latin 9333 - 15vTacuinum sanitatis - Avelane, Noisette - BNF Latin 9333 - 14v

Amigdale dulces = amande douce & Avelane = noisette

Tacuinum sanitatis - Castance, Chataigne - BNF Latin 9333 - 14Tacuinum sanitatis - Nucce, Noix - BNF Latin 9333 - 13

Castane = châtaigne & Nuces = noix

Tacuinum sanitatis - Cerosa acerosa - BNF Latin 9333 - fol. 9Tacuinum sanitatis - Cerosa dulce, Cerise - BNF Latin 9333 - 8v

Cerosa acerosa = cerise aigre & Cerosa dulce = cerise douce

Tacuinum sanitatis - Mala - BNF Latin 9333 - 6Tacuinum sanitatis - Pira - BNF Latin 9333 - 3v

Mala = pomme & Pira = poire

Tacuinum sanitatis - Granata acerosa - BNF Latin 9333 - fol. 4Tacuinum sanitatis - Juiube - BNF Latin 9333 - 12v

Granata acerosa = grenade & Juiube = jujube

Tacuinum sanitatis - Musse, Banane - BNF Latin 9333 - fol. fol. 17vTacuinum sanitatis - Nabach i cedum, Citron - BNF Latin 9333 - fol. 8

Musse = banane & Nabach i cedum = cédrat

Tacuinum sanitatis - Olive - BNF Latin 9333 - 13vTacuinum sanitatis - Sicomiro mora - BNF Latin 9333 - 7

Olive & Sicomiro mora = figuier


Les jardins et végétaux du Moyen-âge nous sont connus par des sources archéologiques et historiques, dont une iconographie d’autant plus riche qu’elle est tardive.

  • Le plan de l’abbaye de St Gall (exécuté entre 816 et 820) précise les affectations des différents bâtiments et jardins prévus, jusqu’au nom des plantes à y cultiver. Les jardins y sont de trois types : les trois jardins de cloitre au cœur des bâtiments conventuels (le grand cloitre des moines et les deux plus petits des novices et de l’infirmerie) sont dessinés sur un même plan carré divisé en quatre parties et ceint d’une promenade couverte ; le verger ou viridarium sert aussi de cimetière ; le jardin des simples ou herbarius, à proximité de l’apothicairerie, est divisé en dix plate-bandes,  et le potager ou hortus est desservi par une allée centrale délimitant deux rangées de neuf plate-bandes chacune.

St Gall cloitre des moines

  • Le  Capitulare de villis vel curtis imperii (Capitulaire des villas de la cour impériale) 2 contient 3 capitules (articles), les 43, 62 et 70, qui listent une centaine de plantes dont la culture est ordonnée dans les tous les jardins du futur empereur, soit  73 herbes, 16 arbres fruitiers, 3 plantes textiles et 2 plantes tinctoriales.

Capitulare-de-villis-vel-curtis-imperii

  • De cultura hottorum (De la culture des jardins), de l’abbé de Reichenau (en Souabe) Walafrid Strabon (808-849), est un poème de 444 vers, consacré à 24 plantes médicinales cultivées à l’abbaye.
  • Le livre des subtilités des créatures divines (aussi connu sous le titre Physica) est un traité de l’abbesse bénédictine d’origine franconienne Hildegarde de Bingen (1098-1179). Cet ouvrage traite de 230 plantes, 14 éléments, 63 arbres, 26 pierres, 36 poissons, 72 oiseaux, 45 bêtes sauvages, 8 reptiles et 8 métaux, associant à chacun ses natures (froid, chaud, sec, …), bénéfices et nocivités.
  • Circa instans ou Liber de simplici medicina (Le livre des simples médecines) de Matthaeus Platearius, issu d’une famille de médecins de Salerne, a été rédigé au XIIe siècle, il regroupe les plantes médicinales connues alors, avec une notice sur leur emploi. Il nous a été transmis par une copie manuscrite du siècle suivant (Ms. 3113 de la Bibliothèque Ste Geneviève de Paris), en latin, qui devint la référence obligée des herbiers (herboristes)  parisiens pendant des siècles.

            Platearius, Le livre des simples médecines, Fraise, vers 1480, BnF, 12322 fol. 153Platearius, Le livre des simples médecines, Gimgembre, vers 1480, BnF, 12322 fol. 183

Platearius, Le livre des simples médecines, Fraise & Gingembre, vers 1480, BnF, 12322 fol. 153 & 183.

  • Le dominicain Albert le Grand reprend les traités d’Aristote et décrit 400 simples en énumérant leurs propriétés médicinales dans son De Vegetabilibus rédigé au plus tard en 1260.
  • Les Tacuinum sanitatis (tableaux de santé en latin médiéval) , sont des manuscrits occidentaux inspirés par le Taqwim as-sihha d’Abu’l Hasan Ibn Butlan, médecin chrétien vivant à Bagdad, au XIe siècle ; le traité original, rédigé en arabe, sans illustration, comportait 280 articles, il fut l’objet de 17 traductions en latin ne comportant plus en moyenne que 200 articles. Ces ouvrages regroupaient des conseils pour garder une bonne santé, grâce en particulier à une alimentation réfléchie, où les végétaux tenaient une place importante. Plusieurs versions furent illustrées, la première probablement à initiative du duc de Milan Jean Galéas Visconti,  il n’en subsiste aujourd’hui que 6.  3
  • Le Rustican ou Livre des profits champêtres de Pierre de Crescens a été copié et recopié ; un exemplaire de 1373 se trouve aujourd’hui à la BNF-Arsenal ; un autre, enluminé par le Maître de Marguerite d’York, daté de 1480 est conservé à New York.

Rustican, cultures - Pierre de Crescent, 1470, BNF

Pierre de Crescent, Rustican – BNF

  • Le Ménagier de Paris est un livre manuscrit daté de 1393 et attribué à un bourgeois parisien désireux de faire connaître à sa jeune femme comment être une bonne épouse et bien tenir sa maison. Il contient des recettes de cuisine, des conseils de jardinage et de chasse, des leçons d’économie domestique et de savoir-vivre.
  • Les très nombreuses Heures parmi lesquelles, les célèbres Très Riches Heures du duc de Berry (Paul, Jean et Herman de Limbourg, 1411-1416, Chantilly-musée Condé), mais aussi les Heures de Marie de Bourgogne, les Heures de Jeanne de Navarre, et les Heures d’Anne de Bretagne 4 présentent des scènes de jardin renseignant sur la période du Bas moyen-âge.

©Photo. R.M.N. / R.-G. OjŽdaLes Très Riches Heures du duc de Berry – Calendrier : avril.

Grandes Heures Anne de Bretagne, Evangile de Jean - enl. Jean Bourdichon, 1503-1508, BNF

Grandes Heures Anne de Bretagne, Evangile de Jean – enluminure de Jean Bourdichon, 1503-1508, BNF

  • La Théséide (manuscrit 2617, ONB, Vienne) est le seul manuscrit enluminé du texte de Boccace, traduit et copié vers 1460 et 1470, dans l’entourage de René d’Anjou ; ces miniatures sont attribuées à Barthélemy d’Eyck et au Maître du Boccace de Genève, la feuille 53 représentant Émilie au jardin est une illustration fréquemment utilisée pour évoquer les jardins médiévaux.

Théséide - Boccace ill. Barthelemy d'Eyck - VienneBoccace, La Théséide, manuscrit 2617, ONB, Vienne

  • Le Livre des Echecs Amoureux d’Evrard de Conty, (BNF, ms. fr. 143) enluminé par Robinet Testard (1475-1523).

Le jardin symbolique

Evrard de Conty, Echecs amoureux, Jardin de Deduit, enluminure de Robinet Testard –   vers 1497, BNF-Paris

  • Le Roman de la Rose (de Jean Renart – début XIIIe siècle – suivi de l’œuvre du même titre de Guillaume de Lorris et Jean de Meung) a connu un grand succès littéraire, et a été maintes fois recopié et illustré : plus de 300 manuscrits en sont conservés dont ceux de la BNF (près d’une centaine dont 12786, 378), ceux d’Oxford (Bodleian Library, dont Ms. Douce 195 qui rassemble 125 enluminures de Robinet Testard et le manuscrit conservé à la British library, Harley MS 4425 daté autour de 1500 et qui contient 92 grandes miniatures attribuées au Maitre des livres de prières d’Engelbert II de Nassau. Il existe aussi sept incunables imprimés avant 1500 : à Genève vers 1481, puis 2 à Lyon dans les années 1480 et 4 à Paris dans les années 1490, une édition lyonnaise de 1503 est illustrée avec 140 gravures sur bois. http://romandelarose.org/App.html?locale=fr

bodl_Douce195_roll157A_frame94

 Guillaume de Lorris et Jean de Meung, Le roman de la Rose, enluminure de Robinet Testard, Oxford Ms. Douce 195.

  • Les verdures étaient l’un des noms de ces tapisseries aussi appelées millefleurs et ayant pour cadre des jardins. Les plus célèbres sont les 6 tapisseries formant la tenture de la Dame à la licorne. Crocus, giroflée, iris florentin, lys de la Madone, muguet, narcisse, pâquerette, pensée, pervenche, pivoine, primevère, renoncule et violette, printaniers, y côtoient jasmin, lupin, marguerite, œillet, rose et souci, estivaux, sous le couvert de chêne, houx, oranger et pin parasol.

La Dame à la licorne0La Dame à la licorne4

La Dame à la Licorne : le Goût (Cl. 10831, détail 3) & l’Ouïe (Cl. 10833, détail 2) http://www.musee-moyenage.fr/collection/oeuvre/la-dame-a-la-licorne.html.


1 Comme la rose de Damas (propable parent du rosier cent-feuilles ou rose de mai, Rosa × centifolia) rapportée des Croisades et avec elle, les roses de Chypre, de Crète, de Pylos, de Rhodes et du Mt Bernion en Macédoine.

2 Le dernier exemplaire de ce manuscrit est conservé dans la bibliothèque de Wolfenbüttel (Allemagne) ; cette ordonnance  a été probablement rédigée par Alcuin à la demande de  Charlemagne (entre 770 et 800, d’après Marc Bloch, Revue historique, t. 143, 1923, p.40-56) et édictée à l’intention des  gouverneurs des domaines royaux. http://www.marcbloch.fr/articles.html

3 Deux versions sont conservées à la BNF à Paris, l’une de 103 feuillets, d’origine lombarde, datant de 1380-1390, sous la cote 1673 (abrégé pour les illustrations présentées ici par TSP1), et l’autre d’origine rhénane datée de 1445-1451, cote 9333 (TSP2) ; une version de 86 feuillets, exécutée entre 1380 et 1400 probablement en Vénétie, se trouve à Liège ; celle, comportant 109 feuillets, réalisée par deux enlumineurs lombards vers 1390-1400 pour la famille Cerruti de Vérone est depuis 1936 propriété de la Bibliothèque Nationale d’Autriche à Vienne (TSV) ; une autre version de la même région et période, faite de 107 feuillets, se trouve à la Biblioteca Casanatense à Rome sous le titre Theatrum sanitanis (TSC) ; la version la plus tardive, datant de 1450 environ, est visible pour partie à la Bibliothèque municipale de Rouen (TSR) et pour l’autre part propriété d’un collectionneur privé.

4 La publication d’un ouvrage à partir de cette source est prévue pour février 2015 : Michèle BilimoffPromenade dans les jardins disparus : les plantes au Moyen-Age d’après les Grandes Heures d’Anne de Bretagne (BNF337) – Ouest France

… l’espace clos du jardin

Qu’est ce qu’un jardin exactement? La définition du Littré en fait  un espace clos d’ordinaire, planté de végétaux utiles ou d’agrément.

L’étymologie le relie à un radical indo-européen signifiant« enclore », ce qui le rattache essentiellement à la notion de clôture, le jardin est tout d’abord un lieu fermé, protégé et donc protecteur. La nature n’y est pas laissée à elle-même, elle y est apprivoisée, humanisée, et même quand on n’y cultive que des plantes utiles, c’est avec beaucoup plus de soin que dans les champs et prés ; le jardinage, ce n’est pas l’agriculture. Leurs jardins, depuis les premiers temps, au Néolithique, les hommes les ont voulus  très près de leur habitation, à l’entour – surtout à la campagne – ou au milieu, comme les atriums des villes antiques, mais aussi les riads actuels du Maghreb, pour mieux les surveiller, pour mieux s’y protéger, pour mieux en profiter.

Atrium de villa gallo-romaine - Vaison la Romaine

Vestiges de l’atrium d’une villa gallo-romaine – Vaison la Romaine

Riad - Kasbah Tizimi - Erfoud

Riad – Kasbah Tizimi – Erfoud

Au moyen-âge, deux termes coexistaient pour signifier « jardin » : le savant « hortus » et dès le XIIIe siècle le plus populaire « jardin ».
Les deux termes ont en fait une origine commune par deux voies différentes.
En effet, les termes latins « hortus » (=jardin), « chors/chortis » évoluant en bas-latin vers « curtis » (=cour de ferme), et les termes français contenant « horti- », comme horticole, horticulture, hortensia et hortillonnages (1 ), et aussi « cour », « chœur », « cohorte »  et « exhorter »  sont de même radical issu de l’indo-européen « g’herdъ » (=enclore).
De cette racine sont aussi issus le grec ancien « χόρτος »  (se lit khórtos = ronde, enceinte, lieu entouré de haie), et le germanique  « gards » (= maison), d’où l’allemand « Garten » (=jardin),
et ses équivalents en islandais  « gort », en lituanien « gardas », en anglais « garden » et « yard », mais aussi notre français « jardin » proche de l’espagnol  « jardin », du  portugais « jardim », de l’italien « giardino ». L‘ancien slave « grad » (=ville), Le roumain « gard » (=clôture), le tchèque « hrad » (=château), le russe « gorod » (=ville), le sanscrit « गृह »  (se lit grha = maison), sont également issus de cette même racine .

Plan de l'abbaye de St Gall, 816-830, St Gall, StiftsbibliothekPlan de l’abbaye de St Gall (816-830, Suisse, St Gall, Stiftsbibliothek) un des documents les plus anciens sur les espaces verts  monastiques au Moyen-âge : le cloitre, le jardin médicinal ( hortus medicus, herbularius ou erbarium), le  jardin vivrier (hortus conclusus) et le cimetière. Le site officiel en anglais ou en allemand : http://www.stgallplan.org/en/index_plan.html.

Abbaye de Daoulas - Finistère

Hortus conclusus – Abbaye de Daoulas – Finistère. Pour en savoir plus sur ce jardin : http://www.cdp29.fr/fr/presentation-daoulas

Jardin medieval de Dignac (Charente)

Jardin médiéval de Dignac (Charente). Pour en savoir plus sur ce jardin : http://dignac.pagesperso-orange.fr/


(1 )  A Amiens, les maraichers ont longtemps gardé la dénomination médiévale d’hortillons  et  les jardins consacrés à la culture maraîchère celui d’hortillonnages, toujours en usage aujourd’hui ; un site leur est consacré : http://www.hortillonnages-amiens.fr/.

… l’Eden !

Au commencement, était le jardin …

Le premier lieu sur terre, pour beaucoup de monde, c’est un jardin, le jardin d’Eden, aussi nommé Paradis. La Bible, texte sacré et fondateur  des religions juive et chrétienne, et le Coran, texte essentiel de l’Islam, font tous deux mention de ce jardin originel. Il est décrit ainsi par la Bible dans la Genèse (Genèse, II, 8 – 16) :

Puis l’Eternel Dieu planta un jardin en Eden, du côté de l’orient, et il y mit l’homme qu’il avait formé. L’Eternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger, et l’arbre de la vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Un fleuve sortait d’Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras. Le nom du premier est Pischon ; c’est celui qui entoure tout le pays de Havila, où se trouve l’or. L’or de ce pays est pur ; on y trouve aussi le bdellium et la pierre d’onyx. Le nom du second fleuve est Guihon ; c’est celui qui entoure tout le pays de Cush. Le nom du troisième est Hiddékel ; c’est celui qui coule à l’orient de l’Assyrie. Le quatrième fleuve, c’est l’Euphrate. L’Eternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Eden pour le cultiver et le garder.

Les très riches heures du duc de Berry, l'EdenLes très riches heures du duc de Berry,  Le jardin d’Eden, 1411-1416, musée Condé à Chantilly.

Bosch - Le jardin des délices, panneau gauche du triptyque, 1503 ou 1504, Musée du Prado
Hieronymus Bosch – Le jardin des délices, panneau gauche du triptyque représentant l’Eden, 1503 ou 1504, Musée du Prado. (1)

Carte du paradis

Pierre Moullart-SansonCarte du Paradis terrestre selon Moyse, 1724, Paris – BNF, Cartes et Plans.(2)

Dans Le Livre de l’échelle de Mahomet (3) l’ange Gabriel fait visiter le septième ciel à Mahomet  :

Sache que tout ce qu’on dit qu’il n’y a qu’un Paradis est vrai en ceci que le Paradis n’est désigné que comme lieu de délices ; mais Dieu a réparti ces délices en un très grand nombre de formes et les donne aux siens selon les mérites de chacun. […] Dans la terre du Paradis, il y avait un très grand fleuve dont viennent tous les fleuves qui coulent dans notre monde. Ce fleuve, en effet, coule à travers la terre d’Egypte et s’appelle le Nil… Aussi longtemps que ce fleuve coule à travers le Paradis, il est tout entier de miel, mais lorsqu’il sort de cette région, il se transforme aussitôt en eau. Après ce fleuve j’en ai vu un autre très grand qui s’appelle Addehilla. En latin, il s’appelle l’Euphrate. Ce fleuve aussi longtemps qu’il coule à travers le Paradis est tout entier de lait, qui est si blanc que personne ne pourrait le dire, mais dès qu’il sort de cette région il se transforme en eau. Après ce fleuve, j’en ai vu encore un autre qui s’appelle Gayan, et en latin Gyon, qui, tant qu’il coule à travers le Paradis est tout entier de vin, mais en sortant de cette région se transforme aussitôt en eau. Après celui-là, j’en ai vu encore un autre très grand qui s’appelle Targa, et en latin Tigre. Ce fleuve est tout entier d’une eau plus transparente et plus savoureuse qu’un homme ne pourrait l’imaginer. Ces quatre fleuves sont répartis de la façon suivante : le fleuve de miel coule du côté l’orient, le fleuve de lait du côté de l’occident, le fleuve de vin du côté du midi, et du côté du septentrion, coule le fleuve d’eau.

Adam et Ève, miniature du Manafi al-Hayawan, Maragha, 1294-1299 (New York, Pierpont Morgan Library)

Adam et Ève, miniature du Manafi al-Hayawan, Maragha, 1294-1299 (New York, Pierpont Morgan Library).

Les Jardins du paradis - Miniature persane estraite de "Khâmesh de Nezâmi"

Miniature persane du Khâmesh de Nizâmi – Ecole de Chiraz, vers 1620. (4)

Dans le jardin d’Eden, coule toujours beaucoup d’eau, celle des  quatre fleuves (5) et de la source à leur origine ; cette eau arrose les arbres de toutes sortes qui poussent en abondance et abreuve les animaux apparus en nombre lors de la Création et encore pacifiques. Le premier lieu habité par le premier couple humain sur terre est donc un jardin, et un jardin qu’est-ce ? C’est un lieu enclos, un morceau de nature mieux protégé, mieux tenu ; ceci se nommait en iranien ancien (l’avestique) « pairi daēza » groupe de mots signifiant « enceinte noble » (6) à rapprocher de l’hébreu « פרדס » (qui se prononce «pardes») et qui donne au grec le mot « παράδεισος » (qui se prononce «paradisos») désignant un « parc clos où se trouvent des animaux sauvages » et au latin « paradisus » traduit par «parc enclos» ou «jardin délicieux». La langue française en a fait son « paradis ». L’origine étymologique du mot  est révélatrice :  un paradis ce n’est donc d’abord qu’un  jardin et tout jardin est un paradis – au sens de lieu idéal – et cela se comprend aisément, car quoi de plus attirant pour un homme du désert qu’un jardin et cela surtout parce l’eau y est présente et avec elle, la flore, la faune, la vie.

Partout autour de la Méditerranée, où les trois religions du Livre (juive, chrétienne et musulmane) coexistent, dans ces pays secs ou arides, l’eau est synonyme de plaisir et raffinement, ainsi que souvenir de l’Eden primitif. Le jardin monastisque, l’ « hortus conclusus » (7) aussi bien l’hortus vivrier que celui fleuri du cloître, est irrigué par une fontaine centrée d’où partent quatre allées en croix. Il est l’héritier direct de l’atrium de la cour à péristyle de la domus gréco-romaine ; il est aussi la reproduction de ce jardin d’Eden où le fleuve central se divise en quatre bras, ces fleuves nourriciers liés aux grandes civilisations antiques, le Nil, le Tigre et l’Euphrate. Plus modestes et discrètes, mais néanmoins toujours présentes dans l’« hortus delicarium » (8), sont les petites fontaines et autres viviers, témoignages de cette source primordiale du premier jardin, du premier paradis, celui d’Eden, celui du septième ciel.

Orto Botanico de Padoue, 1545

Gravure figurant l‘Orto Botanico de Padoue, premier jardin botanique universitaire, fondé en 1545 sur le plan classique de l’Hortus conclavus.

Maitre de Francfort - Paradiesgärtleins

Maitre de Francfort – Les jardins du Paradis, vers 1410. Un exemple d’Hortus deliciarum.



(1) Pour les amateurs éclairés, il faut lire l’ouvrage de l’historien Jean Delumeau, Une histoire du Paradis, I : « Le Jardin des délices », éd. Fayard, 1992 … et les deux autres tomes.

(2) Un lien vers Le site de la BNF et l’exposition Utopie où est présentée cette carte commentée : http://expositions.bnf.fr/utopie/grand/1_17.htm.

(3) Jamel Eddine Bencheikh a publié Le voyage nocturne de Mahomet, (Imprimerie Nationale, Paris 1988) composé à partir de diverses versions arabes, mais prenant aussi comme trame les textes latins et français.

 (4) Un des documentaire de la Collection Palettes, Les jardins du Paradis, est consacré à la miniature persane de l’école de Bagdad (XIVe siècle) à l’école Qadjar (XIXe siècle) ; film de Alain Jaubert , 1997 – France – 30 minutes – Betacam SP.

(5) Comme dans la Genèse, on retrouve dans les mythologies indiennes et chinoises, quatre fleuves originels issus d’une source commune, partant dans les quatre directions géographiques. Certains les ont aussi rapprochées des quatre éléments primordiaux : air, eau, terre et feu. Dans les mythes scandinaves, l’Asgard (littéralement : l’enceinte des dieux), lieu de séjour des Ases, est une plaine arrosée douce et éternellement verte. Les civilisations précolombiennes de Méso-amérique connaissent également de tels lieux (Tulan) où des hommes sont accueillis par le Dieu des eaux  dans un jardin luxuriant où courent des  eaux bienfaisantes.

(6) A rapprocher du mot sanscrit « paradêsha » très proche phonétiquement et signifiant « région suprême ».

(7) Se traduit par « jardin enclos », c’est le jardin utilitaire qui produit fruits, légumes , plantes aromatiques et médicinales. C’est aussi le carré central délimité par la promenade couverte du cloitre. Le terme est un pléonasme quand on connait l’étymologie du mot « jardin » qui se rattache à un radical indo-européen « g’herdъ » signifiant « enclore » …

(8) Le jardin médiéval consacré aux plaisirs des princes,  clercs et dames, littéralement « jardin des délices » , l’autre appellation du Paradis … encore . Les « préaux » y sont protégés de haies et animés de tonnelles, treillages et charmilles, créant de petites chambres vertes où « s’égayer ».