Archives pour l'étiquette jardinage

Au jardin, cet automne

En automne, planter et transplanter !

Le 25 novembre, c’est la Sainte Catherine et à la Sainte Catherine, tout arbre prend racine, car l’automne est la saison idéale pour l’enracinement végétal. Novembre est un mois particulièrement bien choisi pour déplacer les végétaux déjà présents, mais mal placés ou bons à diviser, et pour installer de nouvelles plantes, en particulier des arbres et arbustes.  C’est donc le bon moment pour créer ou redessiner votre jardin.

C’est aussi le début de la saison des végétaux à racines nues (ils ne sont disponibles que d’octobre/novembre à février/mars), ceux-ci offrent une meilleure préparation au sol d’où une croissance plus vigoureuse au printemps et ils sont moins onéreux que les végétaux en containers.

Si vous voulez installer un verger, les arbres fruitiers à racines nues sont le meilleur choix et c’est le moment de les planter.

Verger

Verger champêtre

Asheville-Biltmore-083Fruitiers palissés : palmette à branches droites, palmette horizontale Legendre et palmette Verrier à six branches

Voici 3 sites  sur tout ce qu’il importe de savoir à propos des arbres fruitiers et des vergers :

Selon le climat, il est utile ou non de retirer les bulbes d’été gélifs pour les mettre à l’abri, mais il est aussi temps de planter les bulbes printaniers :

  • les plus connus
    • anémone
    • crocus
    • jacinthe
    • narcisse
    • perce-neige et nivéole
    • renoncule
    • tulipe
    • iris
    • lys
  • les plus confidentiels
    • allium
    • Arisaema thunbergii
    • asphodèle
    • Brodiaea laxa
    • Camassia quamash
    • Chionodoxa forbesii
    • Corydalis solida
    • Cyclamen pseudibericum
    • Dicentra
    • Eremurus
    • Erythronium
    • Freesia
    • fritillaire
    • Ipheion uniflorum
    • muscari
    • Ornithogalum umbellatum,
    • Oxalis deppei
    • scille

En automne, taillez … ou pas !

Taillez une dernière fois les haies pour éviter  l’accumulation d’humidité.

Taillez la plupart des arbustes à floraison estivale, les plantes grimpantes (chèvrefeuilles, hortensias grimpants, lierres, vignes), les vivaces desséchées

… mais ne taillez pas les arbustes à floraison printanière, ni les hortensias dont les fleurs protègent les bourgeons et prennent souvent à l’automne de belles couleurs, ne taillez pas non plus les penstémons et autres vivaces persistantes (leur feuillage leur est utile et il est décoratif, à tailler en fin d’hiver), ni les graminées qui attendront le printemps pour cela et animeront le jardin en hiver, tout comme  et les arbustes à écorce décorative (à recéper chaque année ou tous les 2/3 ans, juste avant le débourrement). Nettoyez les rosiers des fleurs fanées, des feuilles malades, des branches malingres et trop longues, mais attendez la fin de l’hiver pour réaliser la taille proprement dite.

Tondez les pelouses une dernière fois vers le début de novembre, à plus de 5 cm de haut (un gazon plus long absorbe mieux la lumière et résiste mieux aux adventices et  mousses). Ne pas oublier de ramasser les feuilles mortes qui feront par ailleurs un bon paillis ou du compost. http://jardinsdepan.fr/blog/au-jardin-cet-hiver/

En automne, soignez vos plantes !

Paillez les plantes fragiles au froid, rentrez les plus frileuses, prévoyez des voiles pour protéger celles qui restent dehors.

Gardez les cendres de bois des cheminées, poêles et barbecues (calcinez y aussi les os qui enrichiront ces cendres en phosphore),  pour amender votre terrain, en particulier les pelouses où l’excès d’acidité est responsable de la prolifération des mousses : les cendres sont riches en calcium, ce qui en fait un excellent amendement calcaire remplaçant économiquement la chaux pour lutter contre l’acidité du sol et limiter les mousses.  Évitez d’en épandre à proximité des plantes de terre de bruyère qui ont besoin d’un sol acide pour prospérer. Les cendres sont par contre très utiles dans le reste du jardin d’agrément, comme au verger et au potager, car elles  possèdent une haute teneur en potasse (2 à 9 %) favorable à la production des fleurs et fruits. Elles contiennent encore de la silice (14 %) qui renforce les bambous, du magnésium (1 à 4 %) essentiel à la synthèse de la chlorophylle et un peu de phosphore (0,5 à 2 %). Tout étant question d’équilibre entre les différents éléments, n’abusez pas des cendres, 100 g par m2 et par an (2 grosses poignées) sont un bon dosage.

A propos des mousses si elles sont à éliminer dans les gazons, elles sont aussi un atout de charme en d’autres lieux, et sont même essentielles au jardin japonais. https://apjbblog.wordpress.com/2016/02/03/les-mousses-au-jardin-cultiver-ou-detruire/

Favoriser la biodiversité en prévoyant de semer ou en plantant quelques plantes bénéfiques :

• Récoltez et garder pour le printemps prochain, les graines de capucines dont les fleurs attirent les pucerons qui en délaissent les autres plantes, et les pucerons attirent les coccinelles qui s’en nourrissent. A planter sans modération surtout au potager, comme les soucis aux corolles colorés qui ont le même effet.
• La menthe poivrée est un insecticide naturel, également efficace contre certains champignons.
L’armoise bloque la germination des graines concurrentes : en installer un plant dans les massifs terminés.

Si vous doutez de la bonne santé de vos végétaux et cherchez un diagnostic, visitez ce site :

http://www.upj.fr/1-union-pour-la-protection-des-jardins/107-nos-actions/122-la-clinique-des-plantes.aspx

http://www.cliniquedesplantes.fr/

 

Bon automne au jardin et ailleurs …

Acer palmatum 'Omato' - 2015-10-17 Acer palmatum Omato – 2015-10-17

Au jardin, cet hiver

Vous avez un jardin, voici quelques pratiques à mettre en œuvre dès aujourd’hui, pour l’entretenir plus écologiquement cet été, et en plus c’est gratuit ou presque …

 

Récupérer l’eau de pluie : c’est économique et écologique, et de plus cette eau est la mieux adaptée pour les plantes (pas de chlore, moins de calcaire, etc.) Installez ou faites installer un récupérateur dès maintenant.

Faire son propre compost, c’est facile. Il provient de déchets végétaux qui se décomposent pendant 6 mois à 1 an et se transforment progressivement en un terreau riche en substances organiques. Le compost s’utilise en le mélangeant avec la terre franche du terrain pour enrichir le sol au moment des plantations, plus besoin d’engrais.
• Il se fera plus vite et mieux si les déchets sont de petite taille : casser les bois en petits morceaux.
• Il sera bien équilibré s’il est composé de 50 % de déchets ligneux (déchets de taille, petites branches, écorces, sciures, etc.) et 50 % de déchets verts (feuilles, déchets de tonte, épluchures, etc.). Éviter les branches trop grosses, les résineux (cyprès, thuya, etc…) et le liseron.
• Il sera sain si vous écartez les végétaux atteints de maladies ou porteurs de parasites (l’idéal est de détruire dans un incinérateur de jardin ces plantes infectées, les cendres sont saines et peuvent alors rejoindre le bac à compost ou être utilisées seules).
Saint-Brieuc Agglo propose aux habitants un kit de compostage (guide sur la pratique du compostage, composteur 400L, bioseau pour les déchets récupérés dans la cuisine et mélangeur) avec composteur en plastique 100% recyclé, au prix attractif de 15 € (adressez-vous directement à votre mairie). Un autre modèle de composteur, en bois, est également proposé pour 20€ (uniquement vendu lors des ateliers compostage, s’informer au 0 810 121 600).
http://www.saintbrieuc-agglo.fr/fileadmin/memo_compostage_individuel.pdf

Récupérer vos déchets de tonte et vos feuilles mortes pour en faire un paillis naturel protecteur et nourrissant. Les paillis dégradables sont des matériaux organiques comme la paille, le gazon, les feuilles mortes, les copeaux de bois ou le carton. Ils jouent un rôle protecteur face aux intempéries et en se dégradant, ils enrichissent le sol en minéraux (les paillis de gazon et feuilles apportent de l’azote), favorisent la micro-faune du sol et attirent les vers de terre, auxiliaires précieux du jardinier.

Remplacer insecticides et autres traitements chimiques par des recettes naturelles :
• Les nichoirs et un peu de nourriture attirent les oiseaux pendant l’hiver ; au printemps et en été, ils seront là et se nourriront d’insectes et de larves indésirables. Les rouges-gorges sont friands de vers et les grives ont le bec dur face aux escargots dont elles se régalent.
• De même un abri à insectes permet à ceux-ci de passer la saison froide à l’abri de feuilles mortes, pailles et brindilles et d’être prêts à dévorer les parasites des plantes dès les premiers rayons printaniers :  chrysopes, coccinelles et syrphes (au stade adulte et plus encore au stade larvaire) s’attaquent aux acariens, cochenilles et pucerons phytophages (qui se nourrissent au détriment des plantes).
• C’est aussi le moment de faire ou faire faire les traitements d’hiver sur vos arbres. En appliquant ces produits biologiques, notamment des huiles organiques, il est possible d’éliminer les formes hivernantes des insectes indésirables (œufs d’hiver).

Aujourd’hui – Novembre

Architecture écologique et végétaux, un couple de plus en plus affiché :

http://www.lemoniteur.fr/150-performance-energetique/article/actualite/26451099-une-ecole-coiffee-d-un-turban-vegetal-pour-affronter-le-climat-equatorial

En fait, l’idée n’est pas si neuve  … mais elle reste toujours aussi intéressante :

Village viking - Iles FéroéReconstitution d’un habitat viking – Iles Féroé

Camille Muller - A ParisJardin créé par Camille Muller – Éco-jardin expérimental : la maison sous la forêt à  Paris. http://camillemuller.com/ecologie/

Prieuré de St-Benoît- du-Sault, Gilles Clément laisse la nature se développer selon son bon vouloir.

Gilles Clément laisse la nature s’exprimer au Prieuré de St-Benoît- du-Sault. http://www.gillesclement.com/