Vous avez dit « Mauvaises herbes » ?

Vous  entretenez vous-même votre jardin, mais le désherbage n’est pas ce que vous préférez … Les désherbants chimiques facilitent grandement le travail, mais ils polluent votre sol et les eaux souterraines sont contaminées, ils peuvent aussi toucher et abimer pelouse et plantes proches de la zone traitée (*) .  Vous cherchez des solutions plus naturelles …

Les alternatives :
– arracher à la main, bien sûr!

Ce sera plus facile si vous arrachez les jeunes plants à leur apparition, ils sont moins enracinés et ils n’ont pas eu le temps de proliférer en se ressemant ou en drageonnant. Désherber quand la terre est humide simplifie l’opération. Des griffes, couteaux et gouges (contre les longues racines pivotantes) aideront votre travail.

– sarcler et biner autour de vos plantes.

Choisir les jours ensoleillés et le matin qui permettra de faire « griller » les indésirables abandonnées sur le sol. Le binage présente en plus l’avantage d’améliorer la qualité de la terre et son humidification. Les bons outils sont : sarcloirs, binettes, scarificateurs manuels et serfouettes.

– utiliser un outillage mécanique.

Si vous avez une surface importante, ces engins vous permettront de désherber plus vite et avec moins de fatigue : scarificateur, motobineuse, motoculteur, et – réservée aux grands espaces – houe rotative attelée à un tracteur.

– vous offrir un désherbeur thermique.

Ces outils ont pour but de provoquer un « coup de chaud », un violent choc thermique qui entraine, à partir de 70°C, l’éclatement des cellules végétales et une dénaturation des protéines, d’où l’affaissement rapide de la plante, suivi en 2 – 3 jours de son dessèchement . Trois types de désherbeurs coexistent : le désherbage thermique à flamme directe (un brûleur alimenté par du gaz), le désherbage thermique à infrarouge (alimenté par du gaz ou électrique) et le désherbage thermique à l’eau chaude ou à la vapeur, c’est le procédé le plus utilisé par les professionnels. L’efficacité des désherbeurs proposés au grand public est liée à plusieurs facteurs : agir le plus tôt possible (au stade plantule dans l’idéal), sur des plantes sèches (l’humidité ralentirait l’action), et ne rester que quelques secondes seulement sur la plante. Le désherbage thermique peut être utilisé sur toutes surfaces exceptées celles qui craignent la chaleur comme les revêtements synthétiques, les paillages, etc. Ils sont cependant plus particulièrement adaptés à des surfaces dures, petites ou moyennes.

– utiliser les remèdes de grand-mère.

L’eau de cuisson encore chaude (celle des pommes de terre est particulièrement utile), le gros sel, le vinaigre et le bicarbonate de soude, saupoudrés sans excès (pour ne pas stériliser les sols), sur les « mauvaises herbes », qui altèrent la netteté de votre gazon ou se sont installées dans vos allées, terrasses et au pied de vos murs, sont de vieilles solutions naturelles, économiques et souvent bien assez efficaces !
Contre les mousses et les algues, un moyen plus naturel que le sulfate de fer, en particulier dans les pelouses, consiste à modifier le Ph du sol en épandant sur le gazon de la chaux ou plus économique encore des cendres de bois.

– priver de lumière la végétation en place pour désherber totalement un espace.

Des bâches noires, des cartons ou de vieux revêtements de sol seront posés sur la surface à traiter, ils étoufferont les plantes à détruire, et au bout de quelques semaines vous pourrez semer ou planter sur un sol prêt à cela.

– soigner votre pelouse.

Les gazons bien entretenus sont plus solides et touffus, les mauvaises herbes ont moins de place pour se développer. Pour cela nourrissez-les avec des engrais (naturels) adaptés, pensez à les scarifier à l’automne et au printemps, cela aérera le sol, soignez ensuite le ramassage des résidus (le feutrage composé de déchets de tonte, mousses et feuilles mortes). Il est recommandé de scarifier deux fois par an, pas plus.

– planter des vivaces couvre-sol.

En recouvrant le sol, les plantes couvre-sol gêneront la germination spontanées des plantes indésirables et égayeront vos massifs. Plus la végétation est dense, moins il y a de travail …

– pailler vos massifs.

Les différents paillages (BRF, copeaux de bois, paillettes de chanvre, lin, éclats d’ardoise, brique concassée, etc) sont de très bons moyens de limiter la germination des « mauvaises graines » et également de maintenir l’humidité du sol ; les paillis végétaux protègent aussi du froid et du chaud en faisant écran aux changements de température, les couches de feuilles mortes que vous avez ramasser (si elles sont saines) peuvent ainsi servir à réchauffer les plantes fragiles pendant l’hiver. Pensez aussi à en faire du compost qui servira au printemps.
Profitez de vos promenades en bord de mer pour ramasser des algues, c’est un paillage gratuit, nourrissant pour vos plantes dont on dit qu’il favorise aussi la bonne santé en renforçant leur immunité.

– enfin ne pas oublier que ce qu’on nommait « mauvaises herbes » et qu’on préfère aujourd’hui appeler « adventices », ce sont avant tout des plantes sauvages qui ne nuisent pas aux « bonnes plantes», si elles ne sont pas trop proches.

La nature des mauvaises herbes permet de deviner les qualités de votre terre.

Plantes indicatrices de sols acides (sableux ou humifères) : bruyère, digitale, fougère aigle, genêt, mousse, oseille, pâquerette, prêle, giroflée, véronique.

Bellis perennis (paquerette)                                         Digitalis purpurea (digitale)

Bellis perennis (pâquerette) & Digitalis purpurea (digitale).

Equisetum arvense (prêle des champs)                                   Erysimum (=Cheiranthus) cheiri  (giroflée des murailles)

Equisetum arvense (prêle des champs) & Erysimum (=Cheiranthus) cheiri (giroflée des murailles).

Rumex arifolius (oseille)                             Veronica arvensis

Rumex arifolius (oseille) & Veronica arvensis (véronique).

Plantes des sols calcaires : bleuet, campanule,  coquelicot, chicorée, sauge.

Campanula rotundifolia (campanule à feuilles rondes) & Erythraea  centaurium (centaurée)                           Cichorium intybus (chicorée sauvage)

Campanula rotundifolia (campanule à feuilles rondes) & Cichorium intybus (chicorée sauvage).

Delphinium consolida (pied d'alouette) & Centaurea cyanus (bleuet)                                    Paver rhoeas (coquelicot)

Centaurea cyanus (bleuet) & Papaver rhoeas (coquelicot).

  Salvia pratensis (sauge des prés)                                Salvia sylvestris (sauge sauvage)

Sauges : Salvia pratensis (sauge des prés) & Salvia sylvestris (sauge sauvage).

Plantes des sols argileux : chardon, liseron, plantain, renoncule, pissenlit.

Carduus crispus (chardon crépu)                      Cirsium arvense (chardon des champs)

Chardons : Carduus crispus (chardon crépu), Cirsium arvense (chardon des champs).

Convolvulus arvensis (liseron des champs)                                 Plantago lanceolata

Convolvulus arvensis (liseron des champs), & Plantago lanceolata (plantain).

Ranunculus bulbosus (renoncule)                                  Pissenlit officinal (Famille des composées) Plante herbacée vivace

Ranunculus bulbosus (renoncule), & Taraxacum officinalis (pissenlit).

Certaines adventices sont très utiles pour améliorer les sols (humus équilibré et enrichi) : le lamier rouge, le mouron blanc et d’autres nitrophiles (= qui aiment l’azote) absorbent l’azote en trop dans un terrain ; la  giroflée des murailles ou ravenelle (annuelle de la famille des Brassicacées) prélève dans le sous-sol de la potasse, que les autres végétaux ne savent pas utiliser, et la libère en se décomposant. D’autres plantes sauvages sont très décoratives et pas bien différentes de celles qui se trouvent en jardinerie (achillée, campanule, coucou, coquelicot, digitale, mauve, etc.), ou intéressantes gustativement (soupe d’ortie, d’oseille, salade de pissenlit avec ou sans lardons, etc. ), plusieurs « grands chefs » mettent actuellement les plantes sauvages à l’honneur dans leurs plats. Toutes ces plantes rejetées de nos jardins sont en fait indispensables à la pharmacopée (c’est la « phytothérapie », tisanes de menthe sauvage, serpolet, etc.) Et en leur laissant une petite place dans votre jardin, vous y favorisez l’équilibre naturel.

(*) Il existe, depuis 2010, des désherbants portant l’étiquette éco-responsable : Naturen® de Fertiligène et Finalsan® de Neudorff. Le premier n’est guère plus que du vinaigre blanc (vendu plus cher). Le second s’affiche naturel et biodégradable et il est bien à base d’acide pélargonique (un extrait de géranium), mais il contient aussi une matière d’origine chimique, l’hydrazide maléique ; il est donc plus écologique que d’autres, mais pas totalement. 

Une réflexion sur “ Vous avez dit « Mauvaises herbes » ? ”

  1. Les informations ici présentes sont pertinentes et intéressantes. J’ai beaucoup aimé, cet article est vraiment bien ficelé et cela nous permet d’y comprendre un peu plus car le sujet est moins évident qu’il n’y semble.
    Elsa Bastien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *