… Le Parc Oriental de Maulévrier – Les jardins japonais

La commune de Maulévrier, dans le Maine-et-Loire en région Pays de la Loire, abrite le plus grand jardin japonais d’Europe dans l’ancien parc du château des Colbert. Le château Colbert, construit à partir de 1680, a été racheté fin XIXe siècle par M. Bergère qui confia alors à l’architecte Alexandre Marcel la restauration intérieure et l’aménagement d’un parc. Marcel y crée, entre 1899 et 1913, un Paysage japonais, entretenu par le jardinier en chef, Alphonse Duveau, et plus de 10 jardiniers. De 1945 à 1980, le parc est progressivement abandonné avant d’être racheté en 1980 par la commune, classé au titre des sites et peu à peu restauré par une association – Loi 1901.

Maulévrier photo ancienne 1901Maulévrier photo ancienne (1)

Maulévrier – Photos anciennes (début XXe s.)

2015-08 Maulévrier - Bâtiment2015-08-19 Maulévrier (12)2015-08-19 Maulévrier (12)Maulévrier, 2015, A.M.Pan

En 1987, des professeurs des universités horticoles de Tokyo et de Niigata reconnurent les 12 hectares du site classé comme fidèles aux principes des jardins japonais de la période Edo (XVIe- XIXe s.) dont l’eau est l’élément principal (ici 3/10ème de la surface paysagée). Celle-ci doit couler d’est en ouest (cas de la rivière la Moine) comme la course du soleil qu’elle symbolise , elle représente aussi la vie humaine. Deux îles du paradis sont situées sur la pièce d’eau,  île de la grue et île de la tortue, elles sont liées au Mont Sumeru, source du qi,  l’énergie terrestre en circulation. L’ensemble eau/îles-montagnes reforme le couple yin/yang constituant un univers complet.

La végétation du parc est riche d’environ 400 espèces, le jardin est intéressant en toutes saisons, chacune étant aussi en lien, dans l’univers japonais, avec un âge de la vie.

2015-08-19 MaulévrierMaulévrier, 2015, A.M.Pan


La pagode, le pont rouge, les îles et la rivière La Moine

Mix PagodeMaulévrier, 2015, A.M.Pan

Le jardin de la pagode est planté de mousses, de fougères, de bambous et d’arbustes aux floraisons printanières, azalées, rhododendrons, magnolias, cerisiers et cognassiers du Japon.

2015-08 Maulévrier - Pagode, Pont rouge & La MoineMaulévrier, 2015, A.M.Pan

Le pont rouge est typiquement japonais, il est peint – comme le torii (portail qui permet le passage entre le monde terrestre et le monde divin) de l’île de la grue – de cette couleur sacrée au Japon, il donne accès aux îles, symboles du Paradis taoïste, qui pour ne pas déranger les esprits sont interdites au public, … sauf l’Empereur et les jardiniers. La Moine s’écoule, tantôt rivière, cascades, pièce d’eau calme, bordée de grands arbres au port naturel et de nombreux topiaires.


Le temple Khmer

Reproduction d’un des temples d’Angkor Vat, ce temple faisait partie du pavillon du Cambodge aménagé par Alexandre Marcel, lors de l’exposition universelle de 1900. Un des accès au temple est l’escalier aux lions, ces couples de lions gardiens protègent traditionnellement palais et temples en Chine. Deux statues hindoues, du dieu Vishnu et de sa femme, la déesse Lackmi, encadrent l’entrée du temple. Les apsaras (nymphes célestes hindoues) et les génies du monde souterrain, sculptés sur le fronton, protègent le temple. A l’intérieur, un Bouddha assis dans la position du Lotus sur les anneaux du Naja (serpent mythique et protecteur) reçoit la vénération des cambodgiens de la région, pour qui ce temple est aujourd’hui un lieu de culte.

2015-08 Maulévrier - Temple khmerMaulévrier, 2015, A.M.Pan


La colline des méditations

La colline des méditations se doit d’être proche de rochers – symboles d’éternité -, d’une cascade – qu’on devine à son chant -, sous le couvert de conifères odorants évoquant la longévité mêlés aux arbres caduques dont le feuillage léger bruisse comme un murmure et abrite des oiseaux mélodieux.

2015-08-19 Maulévrier (14)Maulévrier, 2015, A.M.Pan


La corne d’or

Cet élément, symbolisant le Naja qui protégea Boudha, est recouvert de losanges de verre doré (il vient directement de Thaïlande et a été installée en 1992).

2015-08 Maulévrier - Mix Corne d'orMaulévrier, 2015, A.M.Pan


Les topiaires

L’art topiaire (du latin ars topiaria qui se traduit par art du paysage) consiste à tailler, voire sculpter, arbres et arbustes pour former des haies et surtout des sujets  variés. Cet art ancien, déjà pratiqué dans l’antiquité romaine, se pratique sur des végétaux, conifères ou feuillus, de port compact, à petites feuilles, de préférence persistantes (en Europe, ce sont traditionnellement des ifs et surtout  des buis).

Mix boule
Formes simples et universelles : boules, plateaux.
Mix accent

Théâtralisation de formes naturelles retravailllées et accentuées.

Mix jap

Taille en transparence et taille en nuage typiquement japonaise. Maulévrier, 2015, A.M.Pan

2015-08-19-Maulévrier-TopiairesMaulévrier, 2015, A.M.Pan

2015-08-19 Maulévrier TT (2)La présence animale (poissons, oiseaux, etc.) est vivement appréciée, voire indispensable, dans les jardins japonais – Maulévrier, 2015, A.M.Pan


L’art japonais des jardins

 

Comme il n’y a pas un jardin occidental, mais des jardins (médiévaux, italiens, à la française, à l’anglaise, de campagne ou de ville, etc.), les jardins japonais sont avant tout multiples, différents dans le temps, l’espace et la fonction. Plusieurs styles se sont succédé, apparaissant tous sur l’île de Honshū, l’île centrale du Japon, avant de se diffuser dans le reste de l’Empire.

Un peu d’histoire

Dans l’archipel nippon, les forces de la nature, qui s’expriment avec violence – séismes, tsunamis et typhons en témoignent -, sont déifiées par le shintô, religion animiste toujours pratiquée aujourd’hui, et dès l’antiquité, des aménagements sont faits autour des kamis (éléments de la nature divinisés) et des sanctuaires shintoïstes. Le shime nawa est la corde en paille de riz entourant l’espace ou l’objet sacré et les premiers jardins, au caractère sacré, sont des shima. A la nature sauvage se juxtapose une nature domestiquée par l’agriculture, toutes deux inspirent les jardiniers japonais qui les mêlent harmonieusement dans les premiers jardins d’agrément qui apparaissent auprès des palais durant les périodes Asuka (552-710) et Nara (710-794). Nettement influencés par l’art chinois des jardins et les préceptes boudhistes et taoïstes, ces jardins  sont aménagés pour reproduire en les réduisant différents paysages, où ‘eau et roches’ représentent ‘océans et montagnes’ qui sont l’univers : le mot paysage (san sui) est la juxtaposition de deux idéogrammes, san = montagne et sui = eau. La création d’étangs à un ou plusieurs îlots se systématise dans les jardins des périodes Azuka et Nara. L’art du jardin se dit alors en japonais ‘art de dresser les pierres’.

Les créations de l’époque Heian (794-1185), les jardins de style shinden (shinden zukuri teien) s’émancipent de l’influence chinoise et se teintent d’un caractère insulaire personnel, ces jardins sont aussi ceux qui marquent le plus les saisons et le ‘temps qui passe’. Ils sont construits sur un plan étang-île ou jardin-rivière (yarimizu) : créé de part et d’autre d’un cours d’eau – orienté est/ouest et navigable pour la promenade -, agrémenté d’une ile des immortels accessible par un pont, intégrant plusieurs enrochements et se terminant dans une mare. Une cour de sable s’impose entre le bâtiment principal et ce jardin-rivière.

A partir du XIIe s., avec la diffusion du bouddhisme zen, les jardins évoluent d’un simple  mimétisme de la nature vers une symbolisation de celle-ci, les plantes à fleurs sont délaissées pour les plantes persistantes, les premiers véritables jardins secs (karesansui) apparaissent, ces jardins sont faits avant tout pour une contemplation immobile  et la méditation. Cette évolution est plus appuyé encore dans les jardins de temples et monastères qui n’ont conservé du  modèle shinden que la cour de sable et évolué vers une abstraction et une épure de plus en plus marquées, les demeures aristocratiques ayant quant à elles adopté la représentativité concrète du jardin-paysage.

Le XVIe s. voit l’apparition des jardins de thé (chaniwa) : lanternes de pierre (ishidôrô), bassin creusé dans une pierre (tsukubai), pierres de passage (tobiishi) disposées le long d’un chemin de rosée (roji) symbolisent un sentier de montagne conduisant à un ermitage – maison de thé.

Au cours de l’époque apaisée et prospère d’Edo (1600-1868),  d’immenses jardins de promenade (kaiyûshiki teien), fastueux jardins de plaisance, agrémentent les propriétés aristocratiques, en même temps que de minuscules jardins de cour intérieure  (tsubo-niwa, naka-niwa et senzai) font le plaisir d’une nouvelle classe bourgeoise. L’ère Meiji (1868-1912) est marquée par l’ouverture du Japon à l’Occident, ce qui se traduit dans les jardins par l’adoption de grandes pelouses et d’une nouvelle palette végétale associé à un certain abandon des valeurs traditionnelles. Au XXe s.,  l’architecte-paysagiste Mirei Shigemori (1896–1975) intègre dans ses aménagements cet héritage ancien et une vision radicalement moderne.

Quelques principes

Le jardin japonais cherche à interpréter et idéaliser la nature en limitant les artifices, il refuse la symétrie au profit de l’asymétrie. Un des points forts de l’art japonais est l’attention toute particulière apportée pour que le jardin soit attractif tout au long de l’année, quelque soit la saison, s’appréciant sans temps mort. Les paysagistes (niwa shi ou maître-jardinier) cherchent également à gommer les limites spatiales, à éviter toute rupture entre le jardin et le grand paysage, grâce à une technique, le shakkei, qui donne l’impression d’un espace aux dimensions infinies, et ce bien les jardins japonais soient généralement assez petits (en comparaison avec les jardins chinois plus monumentaux). Le jardin est construit en plans visuels successifs (pas de point de fuite, au contraire des jardins à la française) : aux premier et second plans, des végétaux intéressants  sont soigneusement placés dans le jardin en lien avec l’extérieur, au troisième plan, des constructions, des arbres et arbustes dissimulent les limites réelles du jardin, cachant et révélant (miegakure) tour à tour la vue sur le paysage et au quatrième plan, des éléments extérieurs sont capturés visuellement et intégrés dans la composition du jardin. Le choix de planter de grands arbres au premier plan et des arbres plus petits à distance agrandit optiquement l’espace.

自然 shizen : la nature

風景 fuukei : scènes, vues

四季 shiki : les 4 saisons

niwa : le jardin

tsubo : la cour intérieure

潜在 senzai : caché

Les japonais distinguent quatre grands types :

  • les jardins qui représentent la nature en miniature (shizen fuukeishiki), dont le jardin de promenade – nécessairement vaste – (kaiyûshiki teien), le jardin ondulé (tsukiyama-niwa) et le jardin plat qui peut être de dimension modeste (hira-niwa),
  • les jardins secs et jardins de méditation, stricts, stylisés et épurés (karesansui), souvent dénommés en Europe jardins zen,
  • les jardins de thé (cha-niwa),
  • les jardins de cour intérieure (tsubo-niwa) ou de patio (naka-niwa), le plus souvent jardins de ville (senzai).

Ils classent ces jardins selon leur degré de naturel/formalisme en trois niveaux : naturel (), mi-formel (gyô), et formel (shin).

Tsukiyama niwa ou jardin à collines, Zukai teizohō, 1890 Hiraniwa ou jardin plat, Zukai teizohō, 1890 Chaniwa ou jardin de thé, Zukai teizohō, 1890 Clotures, Zukai teizohō, 1890 Ponts, Zukai teizohō, 1890

1 = Tsukiyama niwa ou jardin à collines, 2 = Hiraniwa ou jardin plat, 3 = Chaniwa ou jardin de thé, 4 = clôtures, 5 = ponts, gravures extraites de Zukai teizohō, 1890, présentées dans l’article d’Ursula Wieser Benedetti, publié dans Projets de paysage le 11/07/2012 : www.projetsdepaysage.fr/fr/le_jardin_japonais_en_europe

Sunsho-an, Temple Daitoku-ji, Kyoto (Récit illustré sur les jardins renommés de la capitale, 1799)

Le jardin du Sunshō-an, Temple Daitoku-ji, Kyōto (Récit illustré sur les jardins renommés de la capitale, 1799)

fujijardins - cha tsukubai

Chaniwa (photo provenant de l’article très documenté chaniwa de fujijardins.com ; le site intéressant comprend plusieurs pages sur l’art des jardins : http://fujijardins.com/types/types.php)

Plan du palais Sentô gosho dû à Kobori Enshū

Plan du palais Sentô gosho à Kyoto, dû à Kobori Enshū (1579-1647), extrait de l’article de Yama.uchi Tomoki sur Les jardins et  l’esthétique de Kobori Enshū , publié dans Projets de paysage, le 12/07/2012 : http://www.projetsdepaysage.fr/les_jardins_et_l_esthetique_de_kobori_ensh_u016b


Jardins japonais les plus célèbres

 

Les trois jardins-paysages les plus célèbres du Japon sont le Kairakuen à Mito (ci-dessous photo 1), le  Kenrokuen à Kanazawa (ci-dessous photo 2) et le Korakuen à Okayama (ci-dessous photo 3). Le jardin sec du temple Ryôan-ji à Kyôto (ci-dessous photo 4) est mentionné sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, il a été créé entre 1499 et 1507 (époque Muromachi) et occupe 200 m2.
Kairaku-enFountain - Kenrokuen Garden de Kanazawa (Japan)Korakuen à Okayama (Japan)Jardin sec du temple Ryōan-ji à Kyoto

Quelques jardins japonais en France

 

Contacts du Parc oriental de Maulévrier : http://www.parc-oriental.com/http://www.photos-et-panoramas.fr/sph/sphpdl/vr_oriental.html

Parc botanique de Haute-Bretagne (près de Fougères) : dessiné en 1847 sur 25 hectares, le parc comprend 24 jardins à thème dont un jardin japonais, 4 000 espèces végétales différentes.
Le jardin japonais de l’Ile de Versailles à Nantes (Loire-Atlantique) : un petit jardin autour d’une maison de thé traditionnelle, halte paisible en cœur de ville et au bord de l’Erdre.
Le jardin japonais de l’Unesco à Paris, dit le « jardin de la Paix » : œuvre de le sculpteur américano-japonais Isamu Noguchi, récemment restauré selon les volontés de son créateur.
Musée et jardins départementaux Albert Kahn (Hauts de Seine) : du jardin japonais créé par Albert Kahn en 1909 ne subsiste qu’un cèdre de l’Himalaya et un hêtre pleureur, le jardin renaît aujourd’hui, recréé fin des années 80 par le paysagiste japonais Fumiaki Takano, en s’inspirant des autochromes d’Albert Kahn. Fumiaki Takanno a réalisé deux jardins éphémères à Chaumont-sur-Loire : From sky to earth en 1997 puis Zen’ith en 2007.
Le parc de l’Amitié à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) : paisible jardin aux notes asiatiques, avec un jardin japonais (vert) et un jardin zen (sec) à proximité de la roseraie en hommage à Joséphine de Beauharnais (lien wiki).
Jardin japonais du Château de Courances (Essonne) : créé dans les années 20 par Berthe de Ganay, érables du japon, hêtres pourpres et taille en nuage …
Le jardin zen d’Erik Borja (Drôme) : depuis 1973, jardin d’accueil, jardin de méditation, jardin de thé, jardin de promenade et jardin du Dragon, et aussi jardin … méditerranéen.
 Le jardin japonais de Compans-Caffarelli à Toulouse : créé en 1981, inspiré des jardins des XIV-XVIe siècles à Kyoto, mise en scène du monde minéral,  végétal et aquatique, mur d’enceinte, ponts, lanternes, et pavillon de thé sur 7 000 m2.
Le jardin japonais de Monaco conçu par Yasuo Beppu, inauguré en 1994 : un espace vert de 7000 m2 avec une montagne, une colline, une cascade, une plage, un ruisseau, un grand bassin central, traversé par un pont de pierre. Il comporte aussi une maison de thé et un jardin sec.
Jardin japonais du Havre : jardin clos de 2 250 m2 , créé en 1993 par Yasuko Miyamae et Samuel Craquelin pour le jumelage entre les ports d’Osaka et du Havre.
Le sentier de Chiminobambusa (Nord) : jardin de ville d’esprit zen,  créé à partir de 2004.
Les jardins de Ly (Somme) : parmi d’autres espaces, un jardin d’inspiration japonaise, un jardin de topiaires, un jardin de bonzaï, une bambouseraie et un pavillon chinois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *